Ce terme américain, souvent utilisé par dérision ou pour nier sa bisexualité (du type « Je ne suis pas gay, je suis hétéroflexible 197! .
(en) Kate Hakala, «A Look Back At Bisexuality Studies And Their Weird, Troubling History The Huffington Post, 9 septembre 2014 ( lire en ligne ).Androstenol, «A steroid derived odor activates the hypothalamus in women».Comment savoir si l'on aime réellement?Un thème répandu est la comparaison de l'amour des filles et de l'amour des garçons, que l'on trouve dans video de cam maman coquine video solo le Dialogue sur l'amour de Plutarque 104, dans les Amours du pseudo- Lucien ou encore dans le roman grec Leucippé et Clitophon d' Achille Tatius 105.La plupart de ces relations bisexuelles étaient attachées soit à une période de la vie (comme pour le shud dans le Japon pré-moderne soit à un troisième genre (comme pour les Deux-Esprits des Nord-Amérindiens ou les bacchás d' Asie centrale ).(en) Keller., Bakker., Pheromonal communication in higher vertebrates and its implication on reproductive function, Editorial.Articles connexes modifier modifier le code Liens externes modifier modifier le code.A et b (en) Thimothy Whiteman, «U.S.A, b, c, d et e (en) Carla Williams, «Bisexuality in film» sur : m:An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture, glbtq, Inc.
A et b (en) «Homophobia is more pronounced in individuals with an unacknowledged attraction to the same sex and who grew up with authoritarian parents who forbade such desires Is Some Homophobia Self-phobia?, Université de Rochester ( lire en ligne ).




Elle évoque dans ses poèmes des attirances pour des personnes des deux sexes 106, 107.(en) Maria Bello, «Coming Out as a Modern Family The New York Times, 29 novembre 2013 ( lire en ligne ).Behavioural Brain Research, 200(2 237-238, 2009.En ce qui concerne les femmes, à partir du début du XXe siècle, nombre de jeunes femmes japonaises quittèrent leurs foyers pour être concentrées dans des écoles et pensionnats où des relations intimes se nouaient assez fréquemment.Dans une étude menée en 1996, Henry Adams, professeur émérite de psychologie à l' université de Géorgie, a fait regarder à des hommes se déclarant hétérosexuels et homophobes des films pornographiques gays, et a constaté que selon des capteurs placés sur leurs pénis, 80 d'entre.Les recherches scientifiques menées sur des mammifères autres que les primates montrent que l'organisation neuroanatomique générale des organismes mammaliens est spécifiquement conçue pour la copulation hétérosexuelle : des phéromones sexuelles attirent réciproquement les mâles vers les femelles 21, puis le réflexe de lordose permet de bien.Santé mentale modifier modifier le code Les personnes bisexuelles sont particulièrement à risque de souffrir de dépression et d'avoir des pensées suicidaires : 56 des adolescents bisexuels ont déjà pensé au suicide (avec 26 de tentatives contre 57 des adolescents homosexuels (7 de tentatives).Aux États-Unis, dans les années 1990, on estime entre 1,7 million et 3,4 millions les femmes mariées à des hommes activement bisexuels (un rapport sexuel homosexuel durant les cinq précédentes années) 128.Certains titres de presse anglo-saxons ont interprété cette étude pour suggérer que les femmes ne pouvaient être que bisexuelles ou lesbiennes, mais jamais hétérosexuelles 215, 216.A et b Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. .then the answers are not far to seek: repression, religion, repugnance, denial, laziness, shyness, lack of opportunity, premature specialization, a failure of imagination.».



A, b et c (en) Sex and Society, vol.
Hall (dir.).


[L_RANDNUM-10-999]