Une fadaise, cette histoire de lapin, affirment déminents étymologistes : le «con» proviendrait de létymon latin «cunnus» signifiant «gaine, fourreau» et, par analogie, le sexe de la femme.
(Nom 2 voir chou, chéri.
Pour me faire pardonner cette remarque au goût douteux, accessori per porno de chat je vous quitte en citant Jules Michelet : «Cest une impiété inepte davoir fait du mot con un terme bas, une injure.».
Vous êtes tous des cons!LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web!Traduction, changer la langue cible pour obtenir des traductions.Ce nest pas tant le sexe qui pose problème, et de tout temps, que le «con» (n.Foex «lie, excrément etc.Lettris, lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris.Seule change la couleur du poil. (Jean-François Chabas, Les Violettes, Calmann-Lévy, 2004, chap.On serait en droit de sétonner, et dêtre troublé, quand on saperçoit quun mot aussi riche, important, si ce nest le plus capital de la langue, un mot qui plongerait ses racines change de sexe en direct aux sources de lhumanité, ne soit pas plus entouré de soins.Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.Que ce morceau de roi de votre anatomie porte le même nom quune foule de gens.» (Georges Brassens, Le Blason).Non, tout ça na rien à voir, cest totalement différent, sinsurgent les Fangs.Et la langue tourne, et autour, le con-tourne.(1611 ; «union sexuelle XVIe ; lat.
Sexe de la femme qui na pas toujours désigné lorgane sexuel féminin, comme pourrait le laisser supposer son acception actuelle.




Il naura échappé à personne que cette étude sur le con nobéit guère à la méthodologie classique et se garde de toute prétention scientifique que les intégristes de la linguistique et autres saussuriens me pardonnent, pas envie de recevoir une volée de bois vert.Eh bien voilà, en ces temps délections où les insultes volent bas, javais lintention pas vraiment subtile de me pencher sur le chef descadrille, le mot «con».On raconte ainsi quun homme trouva sa femme une nuit dans son lit rien dextraordinaire sauf quelle était vivante, alors quon la savait morte et enterrée quelques jours plus tôt avec toutes ses marmites.Et si le sexe de la femme est ainsi désigné aujourdhui, cest sans doute parce que nos impuissances, nos limites, nos frustrations, nos peurs et nos angoisses sy focalisent et sy expriment le mieux.Bande annonce du «Dîner de cons» (1998).De larabe, choune, abréviation de hachoune vagin 1 du radical hachan puant, visqueux.On ne le reconnaît pas, on le sent, et on sait que cest un kôn.
Bien au contraire, voici un mot sur lequel ne cesse de peser la suspicion, le déshonneur, la censure ; un mot qui suscite lincrédulité et le ricanement sous les explications des dictionnaires étymologiques con- élément du latin com, cum, qui veut dire «avec ; un mot.




[L_RANDNUM-10-999]